NOVEMBRE #2 – Julie Favarel

A l’intérieur du passage, c’est comme s’il était plein. Comme si le vide était une texture lourde, qui laissait une…