Arts & cultures/Cinéma & films

Sur la route

Julien Zimmer, 30/05/2012

De Walter Salles, avec Sam Riley, Garrett Hedlund, Kristen Stewart

France, Canada, Bresil – 2012

2h20

Sortie: 23 mai 2012

Ecrit en trois semaines, et sur un seul et même rouleau de papier, le premier manuscrit de Sur la Route de Jack Kerouac incarne parfaitement l’esprit qui anima la beat generation: une fougue et une spontanéité qui balayait toute contrainte formelle.

Le film adapté du roman a beau être classique dans sa forme, Walter Salles partage la même obsession que Kerouac, qui écrivait : « Pour moi ne comptent que ceux qui sont fous de quelque chose, fous de parler, fous d’être sauvés, ceux qui veulent tout en même temps, ceux qui ne bâillent jamais, qui ne disent pas de banalités, mais brûlent, brûlent, brûlent comme un feu d’artifice ». Walter Salles cherche avec acharnement cette incandescence, d’où les scènes d’orgie, de transe éthylique ou toxicomane, d’exubérance amicale… Malheureusement, le montage à beau s’électriser lors de ces séquences, on ne ressent jamais la griserie recherchée. Trop impatient de montrer ces moments paroxystiques, le cinéaste ne crée aucune vraie atmosphère.

Difficile de s’émouvoir devant des personnages qui sont pour la plupart sans relief. Les deux acteurs principaux (Sam Riley et Garrett Hedlund) ne sont pas la hauteur du vide offert par Walter Salles, tandis que les autres incarnent comme ils peuvent leur personnage sous écrit. Rarement on aura vu Kirsten Dunst et Steve Buscemi nous toucher aussi peu. Kristen Stewart et Viggo Mortensen sont les seuls à vraiment s’en sortir, ce qui est remarquable pour le second compte tenu de son faible temps d’apparition.

Embarassé d’avoir sacrifié le style de Jack Kerouac, Walter Salles s’en remet à la notoriété de ses acteurs pour densifier son récit. Un aveu d’impuissance qui risque de porter préjudice au cinéaste. Pas sûr que son prochain film ait un casting aussi clinquant.

Une réflexion sur “Sur la route

  1. On peut dire sans éxagérer que Walter salles s’est perdu en route! Blague à part je suis du même avis…la bande annonce était déjà très inquiètante! Faire de l’orgie constétataire un argument de vente est aussi indéscent qu’une pub de déodorant!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s