Consommation & mode de vie/Société

Pourquoi devenir vegan?, chronique de Sarah (2)

Après s’être demandé.e.s pourquoi être écolo, dans ce billet, j’ai envie de vous parler du veganisme. Pour moi, une démarche écologique est indissociable du veganisme, de la même façon qu’elle est, comme je vous en avais parlé dans mon premier article, indissociable d’une démarche éthique et responsable.

boeuf

Cette démarche globale a pour moi sens de se re-responsabiliser, face à la planète, face à notre consommation, face aux autres êtres humains, ainsi qu’aux êtres vivants non-humains, les autres espèces animales. Si je fais tout pour rester très tolérante dans le rapport aux autres quant à l’écologie pure, j’ai beaucoup plus de mal à l’être quand il s’agit de la consommation de produits animaux. Lorsque l’on choisit de ne pas être écolo, qu’on n’éteint pas son moteur de voiture à l’arrêt, qu’on laisse l’eau couler sans compter, on a bien évidemment un impact sur la planète et donc sur autre chose que soi, ce choix n’est donc pas purement personnel. Mais l’impact reste à peu près indirect. Lorsque l’on choisit de consommer des produits d’origine animale (viande, lait, œufs, chaussures en cuir, miel…), notre décision impacte bien plus directement quelqu’un d’autre (la vache, la poule, le bœuf, les abeilles…) que nous-mêmes. Le « choix personnel » de son mode d’alimentation carnée n’existe pas puisque la personne la plus directement concernée n’est pas soi-même, mais l’animal que l’on consomme ou dont nous consommons la production. Tout est fait pour que nous l’oublions, cette personne, cette vache, cette poule, ce bœuf, ces abeilles : packaging avec un cochon dans la prairie sur le jambon, fleurs sur le miel ; publicités dans lesquels on montre des steaks prédécoupés, par exemple. Jamais un boucher ne mettra dans sa devanture de photo du bœuf qu’il vend à l’abattoir. Et puis, même quand on pense à ce pauvre animal, on se trouve toujours de très bonnes excuses : « mais nous en avons besoin pour vivre ! », « j’aime tellement le bacon ! », « la vache donne du lait, de toute façon ! », « bon, cette dinde est déjà morte, il ne faut pas la gâcher ! ».

veganBD

Entrons donc dans le sujet.

POURQUOI DEVENIR VEGAN ? (Oui, parce qu’en général, on ne l’est pas de naissance, on le devient. C’est important, parce qu’en discutant avec des amis et connaissances, je me rends bien compte à quel point, pour beaucoup, être vegan, c’est comme être un moine tibétain, un ultramarathonien, un triathlète qui fait des Ironmen… Bref, un truc super ultra compliqué et pas donné à tout le monde, et si t’es pas né avec le Skill Ultime, tu peux pas. (Parenthèse dans la parenthèse, avec beaucoup de travail, presque tout le monde peut devenir ultramarathonien ou Ironmanien. Mais ce n’est pas ici le sujet.) En fait, des milliers de personnes sont devenues, et deviennent, vegan, alors qu’elles adoraient la viande, le fromage, le miel, et j’en passe. Non, ce n’est pas si compliqué. Ca demande quelques ajustements, quelques efforts, mais croyez-moi, c’est plus facile que de faire une prépa marathon.) La seule difficulté, c’est qu’il faut changer ses habitudes. Comme pour un rééquilibrage alimentaire – sauf qu’en prime, on fait du bien à tout le monde et pas uniquement à soi. Je n’ai pas dit que cela était d’une simplicité extrême, ou que le changement était forcément rapide. Il m’a fallu personnellement 2 ans à arrêter de faire des « semaines vegan » et à devenir réellement vegan. Le fromage me manque et je connais des vegan qui aiment le goût de la viande ; simplement, arrive un temps où les convictions doivent être plus fortes que la simple envie de se faire plaisir.

On devient vegan pour plusieurs raisons, a priori éthiques et / ou écologiques (j’ai vu des gens le devenir pour des raisons financières, aussi, mais c’est plus rare. Ceci dit, ça peut être une bonne motivation en plus, d’avoir plus d’argent dans son porte-monnaie à la fin du mois !), voire pour des raisons de santé.

ECOLOGIQUES, parce que la production d’un kilo de viande demande énormément plus de ressources en eau et en nourriture que la production d’un kilo de céréales, et l’émission en Co2 d’une alimentation végétale est bien moindre que celle d’une alimentation carniste. Concernant cette question écologique, je vous conseille de regarder le film « Cowspiracy ».

impactecolo

 

ETHIQUES. Bon, je ne vais pas vous faire un dessin : quand on mange de la viande, des produits laitiers, quand on a des chaussures en cuir, et compagnie, tout ça, ça veut dire qu’au moins un animal a été tué. On ne l’a peut-être pas tué personnellement, mais on participe au meurtre d’un animal (en réalité, on pourrait même parler d’assassinat puisqu’il s’agit de tueries préméditées et organisées) puisqu’on consomme le fruit de ce meurtre. On l’encourage, même, parce que qui dit achat dit demande, dit offre. Dit tuerie. Et tuerie en masse. Chaque année, entre 60 milliards et 140 milliards d’animaux sont tués pour notre consommation. Si vous voulez regarder les chiffres d’un peu plus près : http://www.unjoursansviande.be/compteurdelamort.html

Nous sommes choqué.e.s de l’idée des camps de concentration et d’extermination, mais qui est choqué par les abattoirs ? Pourtant, qu’ont fait les animaux pour mériter un tel traitement ? Nous savons depuis Darwin que l’être humain est un animal, ce que montrent aussi toutes les recherches d’éthologues et de scientifiques aujourd’hui. Les individus des autres espèces animales sont des êtres sentients au même titre que l’être humain et méritent le respect le plus total. Quand bien même les plus sceptiques d’entre vous considèreraient les autres espèces animales comme inférieures (tout comme les découvertes Galiléennes et Coperniciennes ont mis du temps à être acceptées), qu’est-ce qui pourrait justifier un tel acharnement contre des êtres vivants qui ne nous ont rien fait ?

Pour la viande et la chair animale, le mal est clair. Qu’en est-il des autres produits animaux ? Le lait, par exemple. On grandit en nous faisant croire qu’on est quand même ultra sympas, à soulager les vaches en les trayant. Les pauvres, elles doivent avoir mal aux mamelles avec tout ce lait ! Une vache, ça a besoin d’être traite, sinon elle souffre ! Maintenant, réfléchissons aux faits : un mammifère, ça donne du lait quand ça a un petit, qui en a besoin. Alors comment se fait-il que les vaches donnent du lait que nous pouvons consommer ? Eh bien c’est très simple : les vaches laitières sont inséminées à tour de bras (je vous passe les détails sur la manière violente dont on force le taureau à éjaculer, et comment on insémine une vache, vous pourrez trouver des vidéos sur le net si ça vous chante), accouchent, on leur arrache leur bébé qui part rapidement à l’abattoir – pour donner de la viande de veau – parce que sinon, c’est lui qui va boire tout le lait de sa mère, ce qui est impensable ! Il est pour notre consommation, ce lait ! Et on les trait. On les trait, on les trait. On les engrosse encore. Et c’est reparti. Ces vaches ont une espérance de vie extrêmement faible, car elles sont épuisées de cette exploitation non-stop.

Ça, c’était pour la partie éthique. Maintenant, en terme de SANTE, ce n’est pas mieux : nous sommes quand même les seuls mammifères à se nourrir d’un lait d’une autre espèce, espèce qui pèse… beaucoup plus que nous, et dont les besoins nutritionnels sont donc totalement différents des nôtres, une espèce qui a un système digestif totalement différent du nôtre. Le lait de vache est affreusement acide et très peu digeste, favorise l’ostéoporose… Attention : pour moi, devenir végétalien pour des questions de santé uniquement n’est pas bien glorieux : il ne s’agit pas de considérer l’être humain en premier mais bien les autres animaux qui sont les vraies victimes de cette consommation.

 Je vais m’arrêter là pour l’exemple des produits animaux qui ne sont pas de la chair – mais vous trouverez des explications sur pourquoi ne pas consommer des œufs, de la laine, du miel… partout sur internet.

Suite de l’article dans la prochaine chronique !

Par Sarah E.

11 réflexions sur “Pourquoi devenir vegan?, chronique de Sarah (2)

  1. Préoccupation de bobos , au fait leur électricité elle est produite par quoi…? et dans leur PC portables , leur smartphones il y a du coltan,de la cassitérite,des enfants en meurent pour extraire ça au Congo.Dans ce pays théâtre un conflit qui a fait 5 millions de victimes continue,ces crétins de végans ça les empêche pas de dormir.Au Burkina faso beaucoup de paysans font 1 repas par jour,de la bouillie de mile…eux aussi sont végans…? végan, petits bourgeois de merde qui font du tourisme équitable et trimbalent leur bonne conscience au milieu d’un océan de misère…Bon là dessus je vais me faire un sandwich jambon beurre…

    • Eh bien, quelle haine… contre une idéologie qui cherche à faire le moins de mal possible, dans la mesure du possible. C’est vrai que puisqu’on vit dans un monde de merde, autant ne faire aucun effort. Des enfants souffrent ? Egorgeons des cochons. Des enfants ont un cancer ? Marchons sur les SDF. Des gens meurent de faim ? Ecrabouillons des poussins mâles.

      Le veganisme est le régime alimentaire qui utilise le moins de ressources. C’est le régime alimentaire qui permettrait à la terre entière de manger à sa faim, puisqu’au lieu de nourrir des animaux que l’on s’apprête à tuer, on nourrirait des humains. C’est le régime alimentaire le moins polluant, aussi.

      Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas être parfait qu’on ne peut pas faire de son mieux – enfin, c’est ce que je pense. Tu peux penser le contraire, mais ça ne doit pas être très sympa ta vie… Je préfère essayer comme je peux plutôt que de participer à l’océan de misère dont tu parles.

      • Ne vous inquiétez pas pour ma vie je m’en occupe, ceci dit si vous me répondez c’est que vous avez un ordinateur,et sans doute également un téléphone portable,vous savez comment et par qui,dans quelle conditions sont extrait la cassitérite , le coltan , la wolframite et l’or,matériaux indispensable pour leur fonctionnement ? Par des enfants,des femmes ,des esclaves,soumis à des conditions de travail effroyables,pendant que vous commandez sur internet ,sur votre smartphone des chaussures sans cuir,des steaks bios sans viande…Votre indignation est obscène dans la mesure ou vous vous préoccupez plus du sort des cochons et des moutons, que celui des damnés de la terre ,des êtes humain qui vivent en enfer…

      • Et donc Patrick, puisqu’il y a des enfants, des femmes qui sont exploités, ça veut dire qu’il faut se foutre des animaux ? Il n’y a absolument aucun rapport. Je me demande ce que vous faites, vous, de ces femmes et enfants ? Ah, puisqu’il y a de la misère, autant qu’il y en ait partout, c’est obscène de tenter de sauver la planète et des milliards d’innocents ?

        Mais qu’est-ce qui est obscène Patrick, réellement ? Votre dégoût à l’idée de ne plus manger de cadavres ? Le fait que se passer d’un jambon beurre est insupportable, même si cela permettrait à la terre entière de se nourrir ? A la forêt amazonienne d’arrêter d’être dépecée ?

        Qu’est-ce qui est obscène ?

        Celui qui fait un peu mais ne peut pas tout faire, ou celui qui s’indigne que le premier ne fait pas tout, et qui du même effet ne fait rien ?

        Qu’est-ce qui est obscène ?

        Que savez-vous de ce que je peux faire pour mes congénères ? J’ai un téléphone et un ordinateur, donc toutes mes pensées sont invalidées, tous mes efforts ne servent à rien ?

      • Bonjour Sarah
        Je ne détiens pas la vérité,mais je pense que le problème n’est pas le sandwich jambons beurre,et que le travail forcé ,l’exploitation des enfants c’est plus important que l’élevage et la consommation des moutons…Je crois qu’êtres végan c’est une démarche ,des soucis de riches,et que même ne manger que des graines et des légumes, induit qu’on tue des êtres vivants,à savoir des insectes…Mais c’est un réflexe anthropologique,nous sommes plus dans l’empathie pour d’autre mammifères que pour par exemple les coccinelles,qui dans les cultures bios sont des parasites qui vont s’attaquer au récoltes,et sont donc tué par d’autre espèces, mis en œuvre par les cultivateurs bio.C’est un exemple qui à mon humble avis démontre les contradictions de la philosophie qui est la votre,et je pense que le problème c’est pas le steak frites ,mais le capitalisme,les actionnaires ,la quête du profit dont découle l’horreur du monde.Vos efforts sont certes louables,dénotent un humanisme qui vous honore,mais ils me font pensez ,à ces bourgeoises durant la révolution industriel ,qui avait leur bonne œuvres,mais dont les maris exploitaient férocement les ouvriers dans leur usines ou leur mines,ou bien encore à ces aristocrates sous l’ancien régime qui avaient leur œuvres charitables,leur pauvres…Vue de ma fenêtre vous vous trompez de cibles….

      • Bonjour Patrick. Le veganisme est un problème de riches quand on sait qu’il est le seul régime qui permettrait à la terre entière de se nourrir ?

        D’autre part, vous ignorez totalement mon message ; j’ai décidé de ne pas me battre contre une seule oppression (celle des humains), mais contre plusieurs. En quoi être vegan m’empêcherait-il de combattre pour mon espèce ?

        Il n’y a aucune contradiction dans le veganisme, ce n’est pas un mode de vie qui pense épargner absolument tout être vivant, mais de faire le moindre mal. Le fait que récolter du blé tue des insectes ne légitime absolument pas le meurtre VOLONTAIRE et CONSCIENT d’une vache.

  2. Visiblement nous ne sommes pas d’accord…mais cela ne me dérange pas ,j’aime bien les débats d’idées ,ceci dit vous pensez que les populations de chasseurs cueilleurs habitant la forêt Amazonienne sont des meurtriers …? abiment la planète…? ils ont peut êtres des circonstances atténuantes ,en effet il n’y a pas de magasins de la vie clair à coté de chez eux…et quand bien même il y en aurait,il n’auraient pas les moyens d’aller y faire leur courses…Si nous sommes là c’est que nos ancêtres chassaient pour ce nourrirent, ils n’étaient pas végans…toutes les espèces sur la terre chassent donc tuent,et nous sommes au sommet de la chaine alimentaire,la nature nous a programmé comme ça.Et si vous voulez êtres en accord avec vos idées ,séparé vous de votre portable ,de votre ordinateur,achetez des lampes à pétrole pour vous éclairer, et chauffez vous au feu de bois,vous ne le faite pas ,vous voulez donc le beurre et l’argent du beurre…confort et bonne conscience….

    • J’aime aussi les débats Patrick, mais quand les camps s’écoutent… Or je n’ai absolument pas l’impression que vous lisiez ce que j’écris.

      Je pense qu’il est très clair pour tout le monde que je ne parle pas de populations indigènes, des chasseurs en Amazonie, des Inuits… Je parle des personnes qui habitent en France, ou dans des pays comme la France, où il y a des magasins « La Vie Claire » (j’ai du mal à voir ce que vous leur reprochez, mais soit). Je ne parle pas non plus de nos ancêtres, qui, il me semble, n’allaient pas chez Leader Price (puisqu’apparemment aller dans un magasin biologique est un problème pour vous, je me mets sur un autre niveau) acheter un morceau de cochon pré-tué pré-découpé pré-cuit pré-emballé. La comparaison est totalement idiote – ce que je dis, c’est que nous POUVONS nous nourrir autrement, d’une façon qui respecte les animaux, la planète, les autres êtres humains (finalement, vous ne me répondez jamais sur le fait que si tout le monde était vegan, on pourrait nourrir le monde entier) et notre santé, donc pourquoi ne pas le faire ? Je suis tout à fait en accord avec mes idées, et j’ai envie de vous renvoyer à mon premier article, dans lequel j’explique qu’être engagé ne signifie absolument pas être parfait. Je ne mange pas de beurre, donc loin de moi de vouloir le beurre et son argent – loin de moi de vouloir bonne conscience – si c’était ce que je voulais, je me dirais, comme vous, que de toute façon, on ne peut pas tout faire, et que mes ancêtres mangeaient de la viande, donc autant que j’aille m’acheter un jambon beurre, et puis il y a des êtres humains exploités en plus. Je pense que vous cherchez à avoir bonne conscience bien plus que moi, à tenter par tous les moyens de défendre l’indéfendable.

      • L’indéfendable…pour vous pas pour moi,les herbivores ont une fonction,servir de proie et nourrir les prédateurs,ce que nous sommes ,ce d’autant plus qu’ espèce dominante,au sommet de la chaine alimentaire,ceci dit ne pas les faire souffrir est une évidence .Mais qu’allez vous faire des moutons porcs,bœufs ,vache etc etc ? qui n’existent que parce ce que ils rentrent dans notre alimentation,correspondent à nos besoin,vous allez en faire des animaux de compagnie ? Si le genre humain adoptait votre philosophie,ces animaux domestiques n’auraient plus d’utilité ,les paysans cesseraient de les élevez,ils disparaitraient en tant qu’espèce tout simplement.Par ailleurs que les céréales et les légumes soit le seul moyen de nourrir une humanité plus nombreuse est une vue de l’esprit,scientifiquement cela ne tiens pas la route,accessoirement nous avons besoin de la chaines complète d’acides aminés,et l’obtenir qu’avec des végétaux induit une démarche fastidieuse. La bonne cuisine fait partie des plaisir de la vie ,je n’est aucune mauvaise conscience à dégustez un bœuf Bourguignon,une entrecôte frites.Et à propos d’êtres humain exploité,vous pensez que comment sont traité les travailleurs agricoles,qui travaillent dans les serres par exemple en Espagne ou ailleurs…?

      • Patrick, je vais m’arrêter là. Vous n’écoutez pas mes arguments et répondez complètement à côté. Si les études scientifiques faites par des centres de recherche dans le monde entier (Harvard, par exemple) sont pour vous des « vues de l’esprit », la conversation n’a aucun intérêt. Je vous félicite, vous m’avez permis de remplir le bingo du carniste primaire ; si vous pensez être original, sachez que j’ai entendu cent fois tout ce que vous avancez.

        Mais oui, tuer par plaisir, c’est indéfendable. L’homme n’est absolument pas au sommet de la chaîne alimentaire, mais au milieu. Si vous pensez être un prédateur en allant à Lidl…

        Pour finir : http://www.cherrypepper.fr/vegan/blog/le-mythe-des-proteines-vegetales/
        Les protéines végétales sont meilleures que les protéines animales pour notre santé, et tout à fait complètes.

      • C’est comme vous voulez,nous avons des points de vue irréconciliables ,cela ne sert à rien d’échanger à ce sujet ,ce d’autant plus que vous êtes persuadé d’avoir raison,de détenir la vérité …Excusez moi de ne pas êtes à la hauteur de votre intellect …,de ne pas m’inclinez devant les paradigmes scientifiques des chercheurs d’Harvard ,dont je l’avoue je me fout complétement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s