Arts & cultures/Théâtre & spectacles

Trahisons : une représentation poétique

E.C ∣ Parue en 1978, l’œuvre dramatique d’Harold Pinter était de retour sur les planches du Lucernaire du 23 août au 8 octobre.Deux ans après sa rupture avec Emma, épouse de Robert, son meilleur ami, Jerry, la retrouve dans un café où ils se laissent emporter par les souvenirs de leur relation. Tous deux ont conscience que leur liaison appartient désormais au passé. Harold Pinter remonte progressivement le temps et parvient ainsi à nous raconter des moments, dont nous avons compris l’importance dès la première discussion, jusqu’au commencement de leur idylle, en 1968.

Trahisons, l’histoire de trois relations fusionnelles parsemée de secrets et de non-dits, nous offre une vision tendre et contenue de l’amour, quelle que soit sa nature ; un aspect de l’œuvre que le metteur en scène ne manque pas de représenter dans sa mise en scène, d’une douceur infinie.

La mise en scène de Christophe Gand : un amour environnant

Du décor au jeu d’acteur, tous les éléments contribuent à changer de simples sentiments en entités presque palpables. La scène semble refléter aussi bien la situation des personnages que leur évolution à travers le temps. Quel que soit le lieu dans lequel se déroule l’action, le mobilier, tout en restant le même, est adapté de manière réaliste à l’endroit qu’il est censé représenter : une bibliothèque, une fois allongée, devient un lit, ou encore un meuble chinois est-il dissimulé sous une nappe surmontée d’un miroir, formant ainsi une coiffeuse. Le fait que les meubles restent les mêmes donne l’impression d’être toujours dans une même pièce, comme s’il s’agissait d’un huis clos.

Cette sensation d’enfermement reflète l’intimité entre les personnages mais également la manière dont ils vivent leurs relations. On apprend dès les premières scènes que Robert connaissait la nature des liens qui unissaient Jerry et Emma, cette dernière lui ayant avoué leur liaison. Pourtant, à mesure que nous remontons le temps, nous voyons que même après avoir appris la vérité, Robert ne blâme pas son meilleur ami, dont il accepte la liaison avec une déception sans haine, et Emma ne change pas d’attitude. La vie poursuit son cours, chacun acceptant la situation telle qu’elle est en se restreignant à la contenance, aux non-dits, à un enfermement qui unit les personnages d’autant plus intensément. Ce parti pris s’exprime également dans le jeu des acteurs, incarnant trois tempéraments prononcés et bien différents, qui, fidèlement au texte, s’expriment souvent davantage par leurs silences que par la parole. Ainsi ressent-on plus intensément l’amitié qui lie les deux hommes, la tristesse du mari trompé, et l’amour qui unit les deux amants aux regards si justement expressifs. Une représentation bien émouvante…

Trahisons est présenté au théâtre Lucernaire du 23 août au 8 octobre à partir de 11€.

Plus d’infos : http://www.lucernaire.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s