Atelier créatif étudiant/Vos textes

Une litote de la présentation de la Sorbonne Nouvelle

PNK., 09/10/2012

( A lire avec humour )

Vous avez déjà franchi le seuil de Paris 3 ? L’entrée des amphis où tous les étudiants se battent contre la fumette du matin pour accéder à l’université ; puis une fois cette lutte nicoti-dienne, on se transforme en souris, se frayant un chemin contre ce rush d’attente en amphi ? Alors si ce détail, ne vous a pas frappé, laissez-moi vous parler de ma chère université. Paris 3, c’est génial. On est à la Sorbonne, de quoi se la péter face à un étranger :
–  » Yeah,  i’m studying at Sorbonne’s University ! « .
-« Oh God, that’s awesome ! ».
Et après ce bref sourire dont nous jouissons pendant cinq secondes, on redescend vite sur terre. La réalité c’est qu’en somme, on a deux amphis, on mange au resto U avec les collégiens, on n’a pas de WEI, pas de foyer. Bref, heureusement que y a la rue Mouffetard. Mais ce qu’il y a vraiment de plus frappant à P3, ce sont les dames, soit 90% de la fac, un vrai guet-apens pour vous messieurs. Tous les jours, c’est une compétition, un défilé de mode. Moi je me lève à 6h, je me coiffe avec mes doigts, je mets mes vans et j’accours. Ici, on croirait que toutes les filles sortent de ELLE magazine. L’une arrive avec un pantalon rouge, l’autre porte un pantalon à fleur, mais surtout, la touche essentielle qui désigne une vraie sorbonnarde de Paris 3, c’est son rouge à lèvres, rouge biatch. Oups ! Peignée, manucurée, chignon, talons de 8 cm, sac à main Chevignon, un vrai délice pour ses 10% d’hommes de la Sorbonne-nouvelle. Enfin… même les hommes de paris 3, commencent à se ell-isés. Bon, je ne vais pas me plaindre, après tout c’est une faculté de lettres et d’arts, donc c’est normal qu’ici les garçons paraissent sensibles et efféminés.
Enfin bref, si toi aussi tu aimes Paris 3 et que tu es une fille, tape dans tes mains.

7 réflexions sur “Une litote de la présentation de la Sorbonne Nouvelle

  1. Humour ou pas…

    Si certains maquillages paristroisiens manquent d’élégance, l’article manque lui aussi de subtilité à mon goût… Et je ne le comprends pas bien : Paris 3 le temple de la mode??? Je trouve plutôt les tenues uniformes…

    Seule la description de l’arrivée à la fac est… assez pertinente, j’ai bien aimé la « luttte nicotidienne ».

  2. Mais où sont les hommes? Près des femmes sûrement, ceux de Paris 3 jouent pour une fois le sexe faible, en tous cas minoritaire, et s’ils sont moins nombreux ils n’en sont que meilleurs. A fréquenter toute ses belles jeunes femmes on ne peut que s’améliorer…puis, ne pas réàgir virilement à l’appel des talons n’est-il pas un gage d’amélioration mental?

  3. Je suis assez remontée contre cet article. Je passe outre le fait que je sois au BDE, et que non, il n’y a pas de WEI car notre tradition est d’aller à Amsterdam. Bref.
    En tant que jeune demoiselle des temps modernes, je trouve la descriptions faite par l’auteur des étudiantes de Paris 3 assez dégradante. En cette période de vague féministe, de slut shamming et j’en passe, réduire la parisienne un peu lookée étudiante de Paris 3 à « biatch » parce qu’elle porte un rouge à lèvre écarlate c’est un peu jeter de l’huile sur le feu.
    Prêter attention à son apparence ne devrait pas être stigmatisé. Il y a des filles pour qui c’est important de prendre le temps de se coiffer le matin et d’enfiler autre chose que des Vans. Il existe aussi des filles qui se sentent femmes sur 8cm de talon avec la bouche maquillée. Ces filles là semblent majoritaires à Paris 3 et ne sont pas pour autant des « biatch ». Au même titre, les filles qui ne se coiffent pas et qui mettent des Vans se sentent femmes ainsi et les « biatch » ne les insultent pas.
    Je pense que la compétition est plus fictive qu’autre chose, les femmes se jaugent c’est une réalité, mais je ne pense pas que ce soit un élément qui motive le « défilé de mode » à la fac. C’est une affirmation de soit même avant toute chose.
    Cependant, rappelons-nous, humour humour ! Je ris la première partie de l’article mais la fin devient amère. J’ai peut-être moins d’humour que je ne le pensais…

  4. Bonne idée d’article mais le résultat, même lu avec humour, montre une manière de considérer la fac et les gens qu’on y croise plutôt limitée (pour ne pas dire plus): « après tout c’est une faculté de lettres et d’arts, donc c’est normal qu’ici les garçons paraissent sensibles et efféminés »

  5. Moi ce qui me choque le plus à Paris 3 en 2012, c’est que des gens osent sortir de chez eux en vans ! L’Université est un monde d’adulte et les chaussures de ville sont de rigueurs ! Nous ne sommes plus collégiens, pour ce qui est des garçons sensibles à vrai dire il n’y a pas tant d’homo que ça, juste des hétéros dans l’air du temps ! Même avec humour cet article est raté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s