Le roi est mort, vive le roi.

Guillaume Collet, le 09/10

SKYFALL

De Sam Mendes

Avec Daniel Craig, Judith Dench, Javier Bardem.

Le titre de ce nouvel opus sonne comme un mauvais augure : le ciel va nous tomber sur la tête.

Et pourtant, sans bouleverser totalement les codes du genre, le film apporte son lot de nouveautés, parfaite illustration d’une franchise qui évolue sans rupture, se renouvelle sans vraiment innover.

« Notre » James tombe et rebondit du haut de ses cinquante années. Episode anniversaire, rien n’est trop beau pour sensibiliser le spectateur, qui sent fortement la crise de milieu de vie. Quel plaisir de voir l’agent de sa majesté meurtri par la vie, le temps, hésitant, moins sûr de ses gestes meurtriers.

Sous le costume un cœur bat.

L’univers du personnage subit les mêmes bouleversements. La fameuse » M » est au cœur d’une intrigue qui la malmène. On découvre aussi un nouveau « Q » avec moins de gadgets. Un retour aux sources qui se veut aussi intellectuel : les agents de terrain sont-ils encore d’actualité dans un monde dominé par l’informatique ?

A chacun de méditer selon ses connaissances en espionnage. Seul véritable hic, le méchant qui sent le déjà-vu. Mais dans quel autre film Javier Bardem manie-t-il le flingue et porte-t-il une perruque ridicule ?

Que les angoissés de la modernité, les amoureux du l’ancien temps se rassurent, on retrouve le  rythme traditionnel. Le décor change tous les quarts d’heure de manière grossière vendant un exotisme de carte postale. Toits hérissés de minarets pour Istanbul ou casino et plans de lanternes chinoises – cela va de soi –  pour Macao.  Notre agent super VRP de l’occidentalisme triomphant ne vente pas que les compagnies aériennes, il reste en toute circonstance, un mannequin de choix pour des costumes deux pièces. Après la première scène, les hommes souhaiteront avoir un ensemble gris pâle. Et pour ceux qui se demandent si porter des lunettes de soleil de style aviator  se fait encore, James bond leur répond.

Bref notre agent sait toujours aussi bien vivre.

Un 23e épisode qui peut donc satisfaire les adeptes du renouveau, et les amoureux du classique. Sans être trop exigeant, chaque parti peut adopter cet opus. Et quant à la question de savoir si l’agent est finit, il est fort à parier que tant qu’il y aura des spectateurs, James Bond, ce grand clown en costume hors de prix, sauvera le monde pour leurs beaux yeux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s