Arts & cultures/Expositions & musées

Laboratoire des utopies

Clara Boileau, le 17/11/2012

    Marine Ishigo, 23 ans, vit à Besançon. Signe particulier : passionnée par le body-painting. Mettre en valeur le corps de la femme à l’aide de créations toutes personnelles, voici l’objectif de Marine. ‘’J’ai voulu marier ma passion pour le corps de la femme et ma passion du dessin’’, c’est ainsi que la jeune fille résume son hobby. Trois années d’enthousiasme pour le body-painting, trois années à dessiner son univers sur des corps qui s‘apparentent à des toiles de peintres. Dentelles, nœuds et autres arabesques recouvrent les modèles qui se prêtent au jeu d’une forme d’art que Marine définit comme originale et vivante.

    Les nouvelles technologies fournissent à Marine  une vitrine non négligeable qui lui permet d’exposer son travail sur une page intitulée ‘’Laboratoire des utopies‘’. C’est au sein de son laboratoire qu’elle invente, crée et peint. Pour l’instant, l’alchimiste n’a recours ni au plomb ni à l’or, mais à des marqueurs Posca et à de la peinture. La marche à suivre est simple : ‘’Je travaille par thème avec les photographes, prépare mes dessins, puis dessine.’’ Artiste en mouvement autour de son modèle, c’est seulement au bout de quelques heures que Marine, pour qui le mot « perfectionniste » a sûrement été inventé, consent à laisser la place à ses collaborateurs photographes. Un passage de témoin à un autre artiste qui se charge d’immortaliser un dessin par essence éphémère, puisqu’il suffit d’un peu d’eau pour effacer cet ouvrage.

    Ses dessins lui donnent une boite à idées sans fond dans laquelle elle peut puiser à volonté. Elle affectionne notamment les petites silhouettes féériques et mutines. D’abord une esquisse, puis la version définitive sur la peau.

   

    Autre dada de Marine : la lingerie. Elle s’improvise couturière en dessinant des corsets virtuels qui auraient fait pâlir d’envie les célèbres courtisanes du début du XXe siècle. Douceur et sensualité sont deux piliers qui président au travail de la bodypainteuse. Sublimer le corps féminin, tel est le leitmotiv de Marine.

   

    Cependant, son univers ne se limite pas au rose-bonbon et aux fanfreluches. Ses peintures corporelles peuvent aussi recéler un aspect moins enfantin et en examinant son portfolio, on trouvera bon nombre de tête de morts, de squelettes… bref, quelque chose d’un peu plus dense et mystérieux. La prouesse artistique est souvent au rendez-vous, j’en veux pour preuve cette étonnante robe de geisha.

   

    Le travail de Marine lui a permis d’acquérir une petite notoriété locale, et elle ne compte pas s’arrêter là. Cet été, elle a participé à la journée de rencontres entre modèles et photographes organisée à Besançon, à la Gare d’eau ; elle s’est également déplacée à Marseille dans le cadre d’une séance de bodypainting et elle a organisé un concours de modèles sur sa page Facebook. Tout est bon pour susciter le contact et l’échange. Marine se plaît à définir le bodypainting comme sa « passion du dimanche » et précise toujours que, non, elle n’a pas le talent d’une bodypainteuse professionnelle et qu’elle cherche à s’améliorer sans cesse.

Et vous ? Seriez-vous prête à poser pour Marine ?

Pour en savoir plus :

http://www.facebook.com/pages/Laboratoire-des-utopies-bodypaint/321039911240194

Photographies : copyright Marine Ishigo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s