Arts & cultures/Littérature & philosophie/Théâtre & spectacles

Inconnu à cette adresse

Nina Gheddar,

Le 07/03/13

 

Inconnu à cette adresse

 

 

 

La pièce se joue au Théâtre Antoine depuis près d’un an. Différents couples s’y sont côtoyés, parmi lesquels Stéphane Guillon- Gaspard Proust, Charles Berling- Gérard Darmon,  Richard Berry-Franck Dubosc ou encore Jean-Paul Rouve-Elie Semoun. Une mise en scène qui parie sur des comédiens populaires. Au mois de mars, Jean Benguigi et Martin Lamotte ont repris le flambeau.

Succès critique et public, la pièce a obtenu le globe de cristal 2013 de la meilleure pièce de théâtre.

 

Inconnu à cette adresse est en fait une adaptation de l’unique livre d’une housewife américaine Kressman Taylor. L’oeuvre, écrite en 1938, prend la forme d’une correspondance épistolaire fictive étalée de 1932 à 1934 entre deux amis Martin Schulse et Max Eisenstein. Martin, marié et père de trois garçons, et Max, 50 ans, célibataire, sont associés de longue date dans une affaire prospère de commerce de tableaux à San Francisco , la Galerie Schulse-Eisenstein. Martin est allemand, Max est un Américain ayant fait des études en Allemagne. D’origine juive, il retourne vivre en Amérique.

 

19 lettres pour voir un lien fort qui unit les deux hommes se dégrader puis s’anéantir complètement avec la montée du nazisme. Le ton s’assèche très rapidement, Max constatant que son ami Martin est de moins en moins réfractaire au discours d’Hitler jusqu’à y adhérer complètement et commettre une faute impardonnable. Le texte est bouleversant, drôle et grave à la fois. Et suscite des interrogations chez nous spectateurs de type, qu’aurions-nous fait à leur place? Quand l’horreur advient, le pardon est-il préférable à la vengeance?

 

La mise en scène sert le texte, elle est donc relativement sobre. Deux bureaux s’affrontent, un tableau posé sur un trépied fait face à l’un des bureaux et rappelle l’activité professionnelle des deux associés. La lumière joue sur l’alternance. L’acteur qui lit la lettre est mis en lumière quand l’autre est dans l’obscurité. L’épuration dans la mise en scène met en valeur le travail des comédiens et surtout leur complicité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s