Arts & cultures/Expositions & musées

Boudin se refait une place au soleil

Capucine Michelet, le 13/06/2013VISUEL BOUDIN2

EXPOSITION EUGENE BOUDIN.

Musée Jacquemart-André, Paris (VIIIe), jusqu’au 22 juillet.

Prenez un écrin aussi prestigieux que le Musée Jacquemart-andré et sublimez y les œuvres d’un peintre à qui Monet clame lui devoir son succès : vous voilà à l’exposition dédiée à l’impressionniste Eugène Boudin. Rien ne vouait pourtant cet homme à devenir peintre. Fils de marin, il fait le choix d’abandonner la stabilité de son travail d’imprimeur pour   prendre son pinceau et accepter le lot d’incertitudes adjacentes à  la carrière d’artiste.

 

Qualifié par Laurent Manoeuvre (comissaire de l’exposition) d’« inventeur de la lumière fugitive »,il a longtemps sombré dans l’oubli. Boudé, le peintre par excellence du sujet mouvant se voit aujourd’hui dédié une rétrospective, un honneur auquel il n’avait plus eu droit depuis 1889. Connu pour ses scènes marines et ses paysages de plage, il peind le sublime dans tout ce qu’il a de plus fugace. Surnommé le « Roi des ciels », sa manière de reproduire les beautés météorologiques sera remarquée par les plus grands, notamment Baudelaire qui écrira sur l’artiste qu’il « joue avec le vent [et] cause avec les nuages ».

 

Boudin dira de lui-même : « je ferai autre chose, mais je serai toujours le peintre des plages ». Reproduisant l’effervescence des plages mondaines, il se fait le peintre des élégantes mais pas seulement. Au gré de ses voyages, des éléments changeants et de la mouvance des paysages : il sait capter l’instantanéité. Toujours en quête de l’émotion éphémère, il exprime aussi sa vision poétique du quotidien. Pêcheurs, laveuses, animation des marchés, il n’hésite pas à croquer des éléments triviaux qui donnent à ses aquarelles un aspect esquissé, presque non abouti.

 

Personnage original et en avance sur son temps, il sera l’un des premiers à travailler en plein air plutôt qu’en atelier. Souvent décrié, il serait surement aujourd’hui plus sensible à l’émerveillement de visiteurs novices qu’à un public qui considère trop souvent l’art uniquement sous la seule lumière du poids du prestige. L’oeuvre de Boudin n’est pas un art que l’on se doit d’aimer mais tout simplement  de savourer.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s