Arts & cultures/Théâtre & spectacles

Le paradis du parasite : si vous vous sentez un peu seul le jeudi soir

15110849_787624741378191_8311613327551383235_o

Les candidats en mal d’amour se dévoilent lors de monologues touchants. Crédits photo : Baris Mark

Comment trouver l’amour ? Depuis que le coup de foudre dans le métro est devenu has-been, de nouvelles émissions fleurissent régulièrement à la télévision– toujours plus conceptuelles les une que les autres – pour vous dire qu’aujourd’hui l’amour est dans le pré et que vous serez marié au premier regard ! Mais comment se fait-il que vous soyez toujours tout seul ?

Parce que l’amour est devenu une valeur marchande plutôt rentable – mais il y aussi la beauté, la réussite, la famille (…) qui marche bien – Délivre-moi ton cœur, écoute ma voix, et l’amour tu trouveras ! propose à un candidat de choisir parmi trois prétendantes, censées être tout à fait compatibles avec lui ; sauf que les choses ne sont jamais aussi simples.

« Une forme différente de mal-être face à l’amour »

Le Paradis du parasite, écrit et mis en scène par Mélanie Davidts propose, à travers ce pseudo concept de programme, une parodie comico-tragique de l’amour tel qu’on le voit à la télé. Sur la scène, transformée en plateau d’émission de variétés, on découvre des personnages stéréotypés mais surtout désespérés. A coup de confessions intimes laissant apparaître leurs faiblesses, ils semblent en réalité tous incarner une forme différente de mal-être face à l’amour.

15039544_787624911378174_6633454578531549922_o

Crédits photo : Baris Mark

Comme ses personnages, Le Paradis du parasite est un petit objet fragile, avec des problèmes d’écriture et parfois de rythme, qui nous fait hésiter entre le rire – parfois compatissant, parfois cruel – et la petite larme, jusqu’à se demander si on ne rit pas surtout pour se rassurer, puisque l’on finit toujours par se retrouver dans une des formes de solitude jouées sur scène.

Sommes-nous condamné à être seul ? Est ce qu’il nous manquera toujours quelque chose ? Une pièce de théâtre peut-être pleine de maladresse, mais tout à fait touchante. Et finalement, c’est sûrement le meilleur moyen de parler de la solitude humaine.

Par Camille Belot

________________________________________________________________

Le Paradis du parasite, théâtre Montmartre-Galabru : jeudi soir à 21h30 (jusqu’au 15 décembre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s