Arts & cultures/Cinéma & films

Le palpitant Nocturnal Animals de Tom Ford

Le scénariste et réalisateur (entre autres) à succès, Tom Ford, a encore frappé. Avec Nocturnal Animals, adapté du roman Tony and Susan d’Austin Wright, il signe un nouveau thriller fascinant, artistique et jubilatoire.

nocturnal_animals_susan

En théorie, Susan Morrow a tout pour elle. Elle est belle, jeune, riche et mariée. Elle tient une galerie d’art contemporain en vue à Los Angeles. Pourtant, elle n’est pas heureuse. Peut-être est-ce dû à l’absence manifeste de son mari ? Le spectateur en doute. Pourtant, un jour, elle reçoit un manuscrit qui la tire de sa solitude ; ce dernier a été écrit et envoyé par son ex-mari Edward Sheffield avec qui elle n’a plus de contacts depuis maintenant 19 ans. Si cette lecture la tire de sa léthargie dépressive, elle la plonge dans un univers violent. Edward raconte l’histoire d’un homme, Tony, accompagné de son épouse Laura et de leur fille India, partant en voiture pour le Texas. Ils sont très vite détournés de la route par trois brutes qui provoquent un accident de voiture. S’ensuit une histoire cauchemardesque et violente. Le film relate les deux histoires ; celle de la « réalité » où Susan lit le livre et se remémore son passé amoureux avec Edward, et celle de la « fiction » écrite par ce dernier.

Qui de la fiction ou de la réalité l’est véritablement ?

La mise en scène est astucieuse. Ce sont les mêmes acteurs qui jouent les rôles de Tony et Edward et de Susan et Laura. Cette interaction entre fiction et réalité est remarquable. Néanmoins, elle n’est jamais tout à fait totale car le spectateur se repère très bien entre les deux espaces. Mais ce procédé est adroit : fiction et réalité s’influencent, se superposent, modifiant ou révélant ainsi les perceptions des personnages, pour le plus grand plaisir du spectateur. La fiction n’est jamais tout à fait fiction et la réalité ne l’est jamais tout à fait non plus. A travers cette ingénieuse mise en abyme, Tom Ford filme une véritable Illusion comique. Cela lui permet de nous rappeler constamment notre condition de spectateur, tout comme Susan, qui est elle aussi, lectrice. D’ailleurs, le spectateur peut se poser la question : ce manuscrit est-il seulement littérature ? N’est-il pas plutôt un scénario au service du cinéma ?

Le cinéma dans le cinéma et l’art dans l’art

En effet, le manuscrit est scénarisé puisqu’il est projeté à l’écran. Il possède une véritable construction dramatique, des décors à la fois sublimes et glaçants du Texas, de véritables costumes et il est joué par des acteurs excellents. La réalisation est extrêmement esthétique ; elle présente des tableaux immobiles d’horizons texans à la fois sublimes et écrasants. Ces images sont absolument référencées ; le Texas est le décor d’un véritable western. Dans le scénario, un flic vient en aide à Tony pour retrouver sa femme et sa fille prises en otage par les trois hommes ayant provoqué un accident de la route. Tom Ford joue avec le stéréotype d’un flic qui a de l’expérience, et qui est partagé entre la loi et l’honneur. Projeter un film dans le film, permet à Nocturnal Animals de se réfléchir lui-même. Il se fait questionnement sur l’art. Après tout, le film commence par une exposition dans la galerie d’art de Susan. Nocturnal Animals pose de multiple questions ; quelle est le statut et la condition d’un artiste, qu’est-ce qui est art, qui le décide et quel est son sujet ? Finalement, la seule pensée qui émerge de cette imbroglio aporétique est que l’art n’est art que dans l’œil subjectif du spectateur et que l’artiste écrit toujours à propos de lui, comme l’indique Edward dans le film.

nocturnal_animals_portrait

Jake Gyllenhaal joue l’un des rôles titres de « Nocturnal Animals ».

Séparation et vengeance

Car oui, Edward écrit ce livre à propos de lui et de Susan. Cette dernière l’a quitté mais a aussi refusé de voir son talent artistique. En écrivant ce livre, Edward se venge de cet affront. Le film est un thriller et le manuscrit, un roman noir. Le thème de la séparation et de la disparition le parcoure. Le manuscrit se fait l’étendard de la vengeance d’Edward. De même, dans le manuscrit, Tony obtient vengeance. Finalement, Nocturnal Animals explore plusieurs pistes mais la fin laisse au spectateur le choix de son interprétation. Si certains aimeront ce procédé, d’autres fustigeront l’apparente paresse du réalisateur. Depuis la sortie du film, les forums se multiplient pour tenter d’interpréter sa fin qui, selon celui qui le regarde, est décevante ou réjouissante. Mais Nocturnal Animals reste un film passionnant qui mérite que l’on entre dans une salle de cinéma pour s’en délecter.

Par Laure Besnier

Nocturnal Animals

Réalisateur : Tom Ford.

4 janvier 2017.

Adaptation du roman Tony and Susan d’Austin Wright (1993)

Une réflexion sur “Le palpitant Nocturnal Animals de Tom Ford

  1. Pingback: Bénévolat Nouvelles Vagues – Laure Besnier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s