Arts & cultures/BD & dessin/Bons Plans/Diver(tissement)

L’éternelle bande dessinée

Tarik Boulouh | La bande dessinée, ou souvent appelée BD, est considérée de nos jours comme le neuvième art ; elle a su s’imposer comme un genre à part entière. Apparue en Suisse dans les années 1830, la BD se diffuse au cours du XIXe siècle dans le monde entier, via des revues spécialisées et des journaux satiriques. Et à la fin du siècle, un genre nouveau apparaît aux Etats-Unis : le « comic strip ».

De plus en plus présente au sein de la presse enfantine mondiale à partir des années 1930, la bande dessinée touche également les adolescents et certains adultes grâce aux « comic books » et « comic strips » américains (appelés « petits formats » en Europe).

Comment se porte la bande dessinée ?

Pour savoir si la bande dessinée se porte toujours aussi bien en France, nous sommes allés à la rencontre de Maxime Texier, spécialiste et gérant d’un magasin de BD nommé Terres de BD situé à Orsay, dans le 91 (Essonne).

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Je m’appelle Maxime Texier, je suis le gérant de la librairie Terres de BD à Orsay, pas loin de l’université Paris Sud.

Depuis quand exercez-vous ce métier ?
Ça va faire presque douze ans, nous avons ouvert le magasin en mai 2006.

Comment se portent les ventes de BD en France ?
Globalement c’est un marché qui se porte plutôt bien parce qu’il est en augmentation. Le manga est plutôt en stagnation en ce moment. Mais la vente de bande dessinée franco-belge est en hausse. Je ne peux pas vous donner de chiffres précis pour chaque type de BD, mais les librairies Canal BD étaient à plus de 8% de hausse des ventes en 2017.

Avez-vous une clientèle diversifiée ?
Ah oui, comme dit le proverbe « de 7 à 77 ans » ! Le manga va plutôt s’adresser à du 18 – 25 ans, la bande dessinée franco-belge concerne la tranche d’âge supérieure. Les comics concernent également un public très large.

Vous possédez des BD de différentes nationalités : qu’est-ce qui attire le plus vos clients ?
Justement, en France le manga marche très bien. Nous sommes le deuxième plus gros lecteur de manga au monde après le Japon, Mais il y a une très forte culture franco-belge aussi.

Et vous, qu’est-ce que vous préférez ?
Moi je suis plutôt BD franco-belge et comics (Marvel, etc).

Pour vous, quels sont les points forts de la bande dessinée ?
Je dirais bien sûr le scénario. Même si le dessin n’est pas forcément attractif au premier abord, avec un bon scénario on arrive à créer une dynamique qui va donner envie de se plonger dans la lecture.

Dans le passé, Spirou, Tintin ou encore Astérix étaient les références en termes de BD. Est-ce toujours le cas de nos jours ?
Oui c’est toujours le cas. Astérix a été repris donc il a été un peu modernisé. Pour Tintin par contre, l’histoire n’a pas été retouchée depuis plusieurs décennies donc ça a un petit peu vieilli, mais ça reste un classique intemporel.

La bande dessinée belge est une référence ; nos amis belges sont-ils toujours numéro un ?
Bonne question. Je ne saurais pas vous dire exactement parce que maintenant on parle du style franco-belge, qui regroupe les deux écoles. Je ne dirai pas forcément que la Belgique est vraiment numéro un, la France a énormément d’auteurs aussi !

Donc la France et les Etats-Unis rattrapent leur retard ?
Oui tout à fait, le « style franco-belge » marche très bien. Et du côté américain, avec l’actualité au cinéma les Marvel et DC comics, il y a également beaucoup d’activité.

Justement, la guerre Marvel vs. DC est d’actualité : au cinéma, Marvel semble largement en tête. Est-ce le cas aussi dans la BD ?
Ça dépend des personnages. Par exemple, la « méga star » des comics c’est Batman et c’est un personnage DC Comics. Globalement, Marvel se porte bien mais c’est tout de même Batman qui a le plus de succès.

Qui est le super héros que vous vendez le plus ?
C’est justement Batman. Du côté de Marvel, c’est Deadpool, Spider-man et le groupe des Avengers qui se disputent les meilleures ventes.

La bande dessinée américaine, ou appelée « Comics », s’est-elle bien implantée en France ?
Oui, par exemple tout ce qui tient des comics reliés (qui regroupent tous les comics mensuels en un seul numéro) se vend bien. Par contre, les comics mensuels dont la périodicité est plus importante sont un peu moins développés en France qu’aux Etats-Unis.

A l’entrée du magasin nous pouvons remarquer une plaque indiquant « Canal BD le réseau ». Qu’est-ce que cela signifie ?
Canal BD c’est une association de libraires indépendants qui sont implantés essentiellement en France, il y en a aussi un en Chine et deux ou trois au Québec. L’association a pour objet la défense de la loi de 1981 sur le prix unique du livre et la promotion de la bande dessinée.

Quelles bandes dessinées conseillerez-vous à nos lecteurs ?
Très bonne question, il y en a beaucoup. En ce moment, ce qui marche bien, c’est Undertaker. C’est un excellent western dans le style de Blueberry. Je conseille aussi Les Vieux Fourneaux, dans un style un peu plus humoristique, qui va d’ailleurs être adapté en film à la fin de l’année. C’est très marrant !

Dernière question : pour vous la bande dessinée a-t-elle toujours une place importante en France ?
Oui, globalement c’est un des secteurs qui se porte le mieux dans les librairies françaises. On touche (un peu) du bois pour que ça continue !

 

Retrouvez le catalogue de Terres de BD par ici, et toutes les actualités de la librairie sur Facebook !
Plus d’infos sur Canal BD le réseau, c’est par là !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s