On the rocks : Sofia Coppola se rend sur Apple TV+

Quentin Didier | Sofia Coppola, réalisatrice maintes fois acclamée par la critique et le public, en vient-elle aussi à produire pour des plateformes de streaming. Mais ce pari, souvent décrié par les nombreux détracteurs de Netflix et consorts, est-il réussi pour la brillante réalisatrice de Virgin Suicides ou Lost In Translation ?

Pour voir le dernier film de Sofia Coppola, en bonne et due forme, sur grand écran et dans une salle obscure, c’est en premier lieu dans les petits cinémas de quartier qu’il faut tenter de se trouver une place pour les quelques diffusions exclusives. On constate à nouveau que la cinéaste américaine n’abandonne pas cette thématique autobiographique encrée depuis longtemps dans son œuvre : l’ennui d’une femme dans la société bourgeoise à laquelle elle appartient. 

Laura (Rashida Jones) est une mère de famille qui tente en vain d’écrire un roman mais qui ne parvient pas à vaincre le syndrome de la page blanche. Bloquée dans la routine de son rôle de mère au foyer qu’elle doit assumer en l’absence de son mari régulièrement en voyage d’affaire, son quotidien dans un très confortable appartement de Manhattan apparaît alors peu trépidant. Ses soupçons concernant un possible adultère de la part d’un époux bien trop occupé bouleversent Laura dans cette vie bien ordonnée. Sous l’impulsion de son excentrique père (Bill Murray) elle va petit à petit chercher à découvrir la vérité sur cette prétendue liaison qu’entretiendrait son compagnon (Marlon Wayans).

Malheureusement On the rocks ne décroche quasiment pas de cette trame narrative peu inspirante et très redondante. Certes Bill Murray provoque quelques rires en interprétant joliment ce paternel hédoniste et burlesque…  mais n’ajoute aucune complexité au propos de la réalisatrice américaine. Il est évident que Laura doit construire son propre chemin, ailleurs que sous l’ombre d’un père qui a pu involontairement la blesser par le passé.

Cette autobiographique quête d’émancipation pour accéder à un quotidien meilleur et plus trépidant traverse le cinéma de Sofia Coppola depuis le début. Pourtant dans ce film, que ce soit par la mise en scène pauvre en éléments percutants, la narration qui ne surprend guère le spectateur ou encore des prestations d’acteurs peu inspirées, On The Rocks est bien loin de convaincre. Si l’esthétique visuelle léchée avec laquelle la réalisatrice dépeint de très beaux coins de New York peut rappeler certaines de ces précédentes réalisations, le récit n’arrive pas à transporter le spectateur dans la bulle mélancolique proposée autrefois. Sofia Coppola propose dans ce nouveau long-métrage une formule qui semble arrivée à bout de souffle, ou en tout cas qui mérite de nouvelles idées.

Visuel : https://www.cinechronicle.com/2020/08/on-the-rocks-un-premier-trailer-et-une-affiche-pour-le-nouveau-film-de-sofia-coppola-127088/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s