Pour un moment de douceur qui transporte

Jade El Ayadi Gaouaou | Edmond Charlot ouvre le 3 novembre 1936 à Alger une minuscule librairie en hommage à Jean Giono Les Vraies richesses. Elle se situe au 2 bis rue Charras à deux pas des facultés de la capitale. Charlot y propose Rondeur des jours, de Giono, qu’il tire en 350 exemplaires pour ses premiers clients. A la fois bibliothèque de prêt, maison d’édition et galerie d’art (des dessins et trois toiles de Bonnard y sont exposés dès l’ouverture pendant 3 mois), elle devient l’un des principaux lieux de rencontre des intellectuels d’Alger, écrivains, journalistes et peintres. Elle jouera d’ailleurs un rôle central dans le réveil littéraire de la colonie.

Doublement primé, le roman Nos richesses a été écrit par Kaouther Adimi et publié en 2017 aux éditions du Seuil. Il raconte le parcours d’Edmond Charlot, grand éditeur de la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale et homme à plusieurs casquettes.

Ce roman polyphonique m’a fait découvrir la plume légère et délicieuse de Kaouther Adimi. Dans ce roman-mémoire, elle met en avant les vicissitudes d’Edmond Charlot, libraire et éditeur à Paris et à Alger au XXème siècle. J’ai été transportée à Alger tout au long de la lecture. J’y ai senti les odeurs du papier dans la petite librairie, j’ai visualisé les sourires et les poignées de main et j’ai entendu le brouhaha lorsque les rayons grouillaient de monde. Mais j’ai aussi senti la pluie glaçante sur la vitrine de la petite boutique et le vide froid dans ce lieu auparavant si chaleureux.

J’ai particulièrement aimé la façon dont l’autrice a su retranscrire l’ambiance de cette librairie qui était à la fois un lieu de rencontre, de lecture, de vie, de joie, de changement et de mauvaises nouvelles. J’ai d’ailleurs été captivée par la façon dont cette simple boutique a su se faire témoin de l’Histoire et de ses répercussions, mais aussi observatrice du temps qui passe. L’alternance entre Edmond Charlot et Ryad, personnages antithétiques, a contribué à créer ce voyage spatio-temporel.

Le récit du parcours de publication de ces œuvres de la littérature française, entre les années 1930 et 1960, m’a permis de remettre en contexte certaines œuvres aujourd’hui considérées comme des classiques, comme par exemple les premières publications d’Albert Camus. Enfin, j’ai été touchée par la façon dont Charlot ouvre sa boutique à toute la Méditerranée, en la dédiant à toutes les personnes de cette terre et de cette mer, sans distinction de langue ou de religion, et en évoquant une pensée méditerranéenne. Ce roman m’apparaît comme un doux rappel de bienveillance, de tolérance et d’ouverture d’esprit rendant ce monde plus beau.

Source image : Images de la culture – CNC : Edmond Charlot, éditeur algérois – catalogue général (2005)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s