Un Désert : le seul-en-scène du Collectif Danaïd au Théâtre de la Jonquière

Sophie Jacquier | Le 26 janvier 2022, j’ai eu la chance d’assister à la première représentation du seul(e) en scène “Un Désert”, présenté par le collectif Danaïd au Théâtre de la Jonquière. Retour sur un spectacle qui illustre le combat contre l’endométriose.

Tout le monde s’installe. Les lumières éclairent la scène. Silence. Camille Seine arrive sur scène, et commence par se présenter. Elle a 25 ans, et rêve de gagner un Oscar. Le public n’en saura pas plus sur Camille, car malgré ses ambitions, sa vie personnelle se limite à un obstacle : l’endométriose.

Le décor est minimaliste. L’actrice est seule sur scène. Tout au long de la pièce, danse, musique, chant, silence et bruits dérangeants se mélangent. La représentation théâtrale de l’endométriose semble presque être une évidence : la scène est un intermédiaire plus vivant et direct qu’un texte écrit, et plus ancré dans le réel qu’un film. Le public ressent cette atmosphère pesante que Camille souhaite exprimer avec son corps et sa voix. Son objectif est de montrer la place qu’occupe le “kraken” dans sa vie. Ce kraken l’écrase, l’avale, occupe son corps et ses pensées. C’est comme cela qu’elle perçoit son endométriose : un kraken, immense monstre marin aux nombreuses tentacules sorti tout droit des légendes scandinaves médiévales. 

À travers différentes métaphores, Camille nous fait comprendre que ce “pic aigu sous la côte gauche” n’est pas qu’une simple douleur physique. Elle a l’impression que son corps veut “prendre le dessus” et la “punir”. L’endométriose semble lui fermer des portes qu’elle ne pensait même pas vouloir ouvrir, comme celle de la maternité. Ses “rêves, accomplissements et joies” sont remplacés par “les douleurs, la peur, le diagnostic”. 

Cette pièce de théâtre vise à représenter ce que peuvent ressentir les personnes touchées par l’endométriose, mentalement et physiquement. L’endométriose est “une maladie inflammatoire et chronique de l’appareil génital féminin, qui s’explique par le développement d’une muqueuse utérine (l’endomètre) en dehors de l’utérus”1. Les symptômes sont nombreux et différents pour chaque personne : fortes douleurs pendant les règles ou les rapports sexuels, troubles digestifs, fatigue chronique… 

L’association Endomind était présente pour sensibiliser le public à cette maladie peu médiatisée, qui touche pourtant 10% des personnes concernées en France. Cette association a pour objectif, entre autres, de “donner plus de visibilité à l’endométriose” et d’agir “pour une amélioration de la prise en charge des malades”. En effet, selon Camille, “la plupart des médecins ne savent pas du tout de quoi ils parlent et sont très culpabilisants”2

Pour suivre l’actualité du collectif Danaïd, rendez-vous sur leur page Facebook afin de ne pas rater la prochaine représentation de la pièce “Un Désert” !

Notes complémentaires :

1. https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/endometriose

2. https://lespotiches.com/culture/voir/rencontre-avec-camille-seine-lendometriose-son-kraken-dans-un-desert/

Source image : page Facebook du Collectif Danaïd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s