Arts & cultures/Cinéma & films

Jumanji : The Breakfast Club 2.0

Jumanji, c’est un peu le film de mon enfance. Quand j’ai vu qu’une suite allait sortir, j’ai été au cinéma sans même voir la bande annonce ! Jumanji : Bienvenue dans la jungle ou comment j’ai été déçue par toutes les suites de films cette année.

Qui se rappelle du premier Jumanji sorti en 1995 ? L’original je veux dire. Un film de Joe Johnston – qui a entre autres réalisé Jurassic Park 3 et Captain American : the first Avenger par la suite – qui mêlait aventure et fantastique avec Robin Williams et Kirsten Dunst notamment. Dans le film, des enfants trouvent un jeu de société un peu particulier parce qu’il est magique (ou possédé) et quand on commence une partie il faut la terminer ! C’était cela Jumanji. Bon il n’y avait pas de super-héros et les effets spéciaux ont un peu vieillis aujourd’hui, mais je vous assure, c’était un chouette film !

Jumanji-1995

Ce qui était vraiment chouette dans ce premier film c’est qu’il était magique. Je ne suis peut-être pas très objective parce que je l’ai vu avec des yeux d’enfants – et j’adorai ce film bien qu’il me fasse un peu peur ! Il y avait ce jeu très particulier où raisonnaient des coups de tambours quand il était fermé et c’était comme s’il ensorcelait les gens pour qu’ils viennent jouer : c’était très mystérieux, un peu comme de la sorcellerie à la fois mystique et exotique et ça faisait voyager. Un bon film d’aventure en fait ! Et il y avait ces deux adultes – dont un qui était resté bloqué des années dans la jungle, à l’intérieur du jeu – qui avaient commencé la partie quand ils étaient petits et qui étaient obligés de la finir maintenant avec deux autres enfants. En résumé, tout le monde était piégé, les enjeux des personnages n’étaient pas inintéressants et l’histoire avait quelque chose de palpitant ! Et puis il y avait des rhinocéros, un chasseur absolument cruel, des planchers qui se transformaient en sables mouvants …

jumanji

J’ai donc voulu renouer avec mon enfance en allant voir au cinéma Jumanji : Bienvenue dans la jungle ! Alors autant quand j’ai vu le premier film j’étais peut-être un peu jeune, autant je suis peut-être un peu vieille pour réellement apprécier cette suite qui n’en est pas une. Si l’on en faisait une analyse sociologique visant à étudier les comportements des pré-adolescents de différentes générations en se basant sur ces deux films, je pense que l’on serait très angoissé par le « cas » des jeunes d’aujourd’hui. Heureusement l’objectif n’est pas de parler comme les vieux fans de Star Wars – qui refusent et préquels et suites – ni de critiquer l’ère du tout-numérique – et dire qu’avant les enfants préféraient jouer dehors – non ! Il s’agirait plutôt de se demander si ce film est ou n’est pas une suite du Jumanji de 1995.

64a1895623c8ed1a53c931c0718606d0ffc57ef8

Déjà Jumanji ne ressemble pas à Jumanji ! Attention spoil : si l’on ne s’intéresse qu’au scénario, de la situation initiale en passant par l’évolution des personnages jusqu’à la conclusion, c’est plutôt un nouveau Breakfast Club que l’on regarde ! Et d’ailleurs Jumanji 2 en serait un très bon remake : un groupe de jeunes adolescents qui n’ont vraiment rien en commun mais qui sont tous plus ou moins des stéréotypes se retrouvent en colle pour des raisons différentes et trouvent le Jumanji – qui est devenu entre temps un jeu vidéo ; le début du film explique comment, mais comme cela ressemble plus à un deus ex maquina qu’à une véritable proposition cinématographique, je vous laisse le découvrir si vous voyez ce film, enfin au moins les quinze premières minutes. Dès qu’il commence la partie, ils se retrouvent aspiré à l’intérieur du jeu où ils vont prendre le corps des avatars qu’ils avaient choisi, autrement dit l’opposé de ce qu’ils sont dans la vrai vie. Ainsi la jolie nana ultra populaire devient un brillant scientifique interprété par Jack Black – et s’il y a une bonne raison de voir ce film, c’est bien pour la performance de Jack Black !

L’intrigue se joue ainsi à un double niveau : les personnages vont devoir sauver Jumanji à travers une série d’épreuves (comme dans un jeu vidéo classique) tout en vivant leur propre quête initiatique et en apprenant qui ils sont vraiment. Le jeu vidéo est finalement un monde parallèle dans lequel le hasard de la nature aurait agit différemment – et n’est-ce pas d’ailleurs ce que recherche un certain nombre de joueurs de jeux-vidéo ? Jumanji est un prétexte pour obliger les personnages à accepter leurs nouvelles apparences et à composer avec leurs nouvelles capacités ; ils devront ainsi unir leurs forces pour survivre et terminer le jeu. Je ne vous raconte pas la fin mais vous l’avez sans doute comprise.

jumanji-bienvenue-dans-la-jungle-critique

L’essentiel du film se déroule donc dans la jungle de Jumanji, c’est à dire dans le jeu vidéo. L’adaptation du jeu vidéo au cinéma est d’ailleurs plutôt réussie – bon je ne comprends pas pourquoi les gentils Personnage Non Joueur n’ont pas d’âme et ne réfléchissent pas alors que celui qui est supposé être le boss final, donc un autre PNJ, a des capacités cognitives et intellectuelles largement plus humaines … mais bon je n’y connais pas grand-chose aux jeux-vidéo non plus et je suppose qu’il fallait tout de même avoir un scénario de cinéma au bout du compte !

Le film présente ainsi un univers Jumanji complètement reconfiguré ; seulement certains éléments du concept initial ont été repris et Jumanji : Bienvenue dans la jungle a finalement plus en commun avec l’essence de Breakfast Club que celle du film de 1995.

JUMANJI: WELCOME TO THE JUNGLE.

Même s’il est assez prévisible, Jumanji : Bienvenue dans la jungle est plutôt divertissant. Les personnages stéréotypés deviennent plus ou moins attachants au fur et à mesure du film et les acteurs ont sans doute du bien s’amuser à jouer ces rôles. La place de la femme dans la société et même le rapport au corps dans la définition de l’identité restent malheureusement des questions de surface : comme si on ne dépassait pas les apparences dans la forme pour traiter de l’apparence dans le fond. Evidemment le film va quand même nous montrer qu’on vaut tous bien plus que ça ! C’est finalement un gentil petit film d’aventure avec un propos assez ordinaire mais qui fait sens pour un jeune public américain, je suppose. J’avoue avoir aimé la première course poursuite avec les motards quand ils sont sur la plaine, c’était assez impressionnant ! Mais je ne regarderai sans doute pas ce film une nouvelle fois ; en revanche, je vous conseille vivement le premier !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s