Atelier créatif étudiant/Vos textes

La vraie communication : la communication des profondeurs

Albien Gakegni ∣ Au centre des préoccupations en matière de communication, deux principales questions se posent : deux personnes peuvent-elles communiquer et se comprendre ? Le dialogue peut-il permettre à deux personnes de se connaître ?

Alors que les avis diffèrent d’une analyse à une autre, des inquiétudes se perpétuent. La communication est selon le commun des mortels, la voie par excellence pour arriver au partage d’idées. Communiquer voulant ainsi dire « faire comprendre à l’autre ce que l’on pense ».

Mais cette conception n’est fondée que sur des aprioris quelconques. La communication ne se suffit pas à elle-même pour permettre la compréhension entre deux interlocuteurs. Il existe tout un mécanisme autour de ce processus libéralisé (la percée des frontières linguistiques domine la communication aujourd’hui).

On parle de code à respecter pour bien communiquer. Une erreur à ce niveau, pour ceux qui pensent que le code est le mimétisme ou l’ensemble d’actes qui accompagnent le discours. Car par code on doit entendre ici le coffret d’éléments suivants : le ressenti, l’analogie, la difficulté et la confiance. Le ressenti permet de savoir l’état de l’interlocuteur avant sa prise de parole. Ce qui peut se rapprocher de l’analogie qui elle, permet de se projeter vers l’interlocuteur pour essayer d’imaginer l’effet de son propre discours sur soi. La difficulté est un élément de la communication qui se présente sous la forme d’un doute plus ou moins méthodique dans l’émission de la parole. Le locuteur se demande si son interlocuteur a compris son message, tel qu’il l’a pensé en amont. La confiance caractérise en bonne partie ce sentiment intérieur en la personne, lui permettant de se sentir à l’aise pendant une conversation.

Si le dialogue est considéré comme une forme de communication orale, dans une sphère assez réduite et précisée, il n’en demeure pas moins qu’il est un élément indispensable pour la connaissance de l’autre. Mais comment dialoguer ? Quel type de dialogue peut amener à se connaître ?

En effet, tout dialogue n’est pas capable de donner le même résultat. Le dialogue qui amène à la connaissance de l’autre est un dialogue phénoménologique. Il s’agit ici d’une communication qui associe au contact linguistique, la communion d’esprit par un échange profond. C’est ce que j’appelle la communication des profondeurs. C’est-à-dire des dialogues où aucun détour n’est utilisé, aucune parabole n’est imaginée et aucun doute n’est possible. Les interlocuteurs se livrent à une vraie conversation comme si chacun pouvait voir le cœur de l’autre respirer et produire des mots, rien que pour lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s