Un texte par moi – nullipare

Krollan | En 2021, j’écris un texte par mois, je sème des bouts de mon âme en ligne.

Janvier – l’annonce : https://nouvellesvagues.blog/2021/01/28/un-texte-par-moi/ 

Il ne sait rien faire à part pleurer, boire du lait et dormir. Et respirer, et faire circuler son sang, et grandir. Il est la vie dans sa forme la plus simple ; pourtant déjà d’une complexité déroutante. À trop  l’observer, je sens le sol s’ouvrir sous mes pieds. Le gauche repose sur l’attendrissement d’une vie toute neuve. Tandis que le droit glisse sur toutes les cartes que le petit a déjà en main, je tombe à cause de celles qu’il n’a pas. La chute est soudaine et cruelle. Je ne me relève que difficilement, envasée dans un profond dégoût pour cet être petit, fragile, inutile, et dépendant. 

Non, vraiment je ne pourrai pas.  

C’est évident pour tellement de gens alors qu’en réalité c’est la galère. Déjà faut le fabriquer. On ne peut pas le faire toute seule c’est relou. Et, tu te rends compte de ce qui arrive ? Pendant 9 mois il y a un truc qui va vivre en toi, se développer, s’approprier ton énergie et ta nourriture, modifier ton propre corps et même ton humeur ! Puis faut le sortir (ça me dégoute) et c’est que le début, après il y a aussi le postpartum, les nuits blanches, l’oubli de soi1, le vomi. Quand il grandit c’est pas mieux, la parentalité est incompatible avec mes projets de vie nomade. Comment je vais faire s’iel se fait harceler à l’école. Ou pire : s’iel harcèle quelqu’un ? C’est encore plus « pour toute la vie » qu’un tatouage, il n’y a pas de deuxième chance à base de séance laser. Du moins je l’espère, ohlala imagine il lui arrive quelque chose ! Je ne suis ni organisée, ni même stable émotionnellement. Faut lui chanter des chansons quand iel fait un cauchemar, l’emmener au foot tous les samedis, avoir peur quand il est 23h et qu’iel est toujours pas rentré.e alors qu’iel avait dit qu’iel prendrait le train de 21h grand max et puis iel répond jamais à son téléphone là. 

Tu sais meuf, personne t’oblige. 

Oui. C’est vrai. Mais j’aimerais bien quand même, je crois. J’aimerais bien me balader. Apercevoir sur le sol les ombres de deux parents, et au milieu une plus petite et me dire : “Ça !… Ça, c’est la famille qu’on a construite. » 

« Chanson pour Pierrot », Renaud

Quand tu mets de l’énergie dans une relation puis au bout d’un moment tu te rends compte que non, finalement non, ton.a pote c’est un.e boufon.ne : tu coupes les ponts. Mais si le.a boufon.ne c’est la chair de ta chair, tu fais comment ? Je ne vais pas l’aimer juste parce qu’iel a mes beaux yeux. Le pire ce serait s’iel trouve que « quand même s’épiler c’est une marque de respect » et qu’imiter l’accent chinois « la vérité c’est des barres ». Je suis aussi super préoccupée par l’impact écologique de la naissance d’un humain. Alors imagine son but dans la vie c’est faire un max de bif pour avoir pleins d’employé.e.s et un gros jet2. En soit, c’est pas si grave de ne pas apprécier sa famille mais sérieusement, ça me ferait chier. 

« Définitivement », Grand Corps Malade

J’aimerais bien qu’iels aient des petits-enfants. Ce serait des grands parents de ouf je pense. Mais je ne vais pas faire un gosse juste parce que j’ai envie de voir ses yeux briller en écoutant un conte ou souffler pendant qu’on lui explique les vecteurs. Mais c’est simple les vecteurs ! T’es pas concentré.e Rio ! Ah oui, peut être que je devrais m’abstenir de procréer parce que personne ne mérite de porter les prénoms que j’ai en tête. 

J’ai passé mon enfance et mon adolescence à dire que je voulais vivre seule dans une toute petite maison avec un grand jardin. On m’a dit : « Tu verras plus tard » et ça me fait chier d’admettre qu’effectivement : j’ai changé d’avis. Comme si j’invisibilisais les gens qui ne veulent réellement pas d’enfants3 alors que moi je répétais ça pour de mauvaises raisons. Entre autres, parce que je croyais que ça venait avec le package emploi stable, logement fixe et mariage durable. … Mince, ça m’angoisse toujours autant.  

« Grandiose », Pomme

Je me dis également que s’il n’y a plus que des parents qui ne se posent aucune question sur la parentalité, l’éducation et la survie du monde, ce dernier va finir par se remplir de gens nuls. Sans vouloir juger vos gosses bien sûr. 

Il y a encore des gens qui font des enfants ? C’est la question que je me pose à chaque fois qu’on m’annonce une grossesse. Rapidement suivie de : Vit-on dans le même monde irrationnel ? Sont-iels taré.e.s ou inconscient.e.s ? Et puis, il y a les autres jours. Ceux où le soleil sur ma peau me chuchote que la vie est douceur et confiture de mûres made in grand-mère. Oui, j’aime réellement la vie. Ce serait chouette de la donner. 

Mais pourquoi t’as l’air cramé Idoya. Aaahhh ça fait 10 jours que je ne t’ai pas arrosée. Pardon mon bébé !

Épisode suivant :

Mars – Vivre et laisser vivre : https://nouvellesvagues.blog/2021/04/10/texte-par-moi-vivre-et-laisser-vivre/

Infos complémentaires :

1.  @le_regret_maternel sur insta. Par exemple : https://www.instagram.com/p/CKecYkyFDZ6/

2.  Renoncer aux enfants pour sauver le climat ? | ARTE, ARTE Découverte, https://www.youtube.com/watch?v=uVXm_kPh4jU

3.  POURQUOI JE NE VEUX PAS D’ENFANTS !!! 🚫, Anna Bogen, https://www.youtube.com/watch?v=1WE39kshGCI

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s